Comment récolter la sève de bouleau ?

La sève brute de bouleau est une eau particulièrement recherchée pour ses nombreuses vertus et bienfaits détox lorsqu’elle est consommée en cure. Elle est surtout reconnue pour ses propriétés revitalisantes, anti-inflammatoires et drainantes. Si le litre de sève brute de bouleau est onéreux, c’est en partie pour la subtilité de son prélèvement. Par ailleurs, il est tout à fait possible de s’en occuper soi-même ! Il suffit de suivre quelques étapes clés pour comprendre comment récolter de la sève de bouleau. Elle se récolte au début du printemps, lors du changement de saison lorsque la première montée de sève s’effectue et que les bourgeons sont sur le point de sortir. 

Quand on extrait l’eau végétale, peu importe sa provenance, il est important d’utiliser les bonnes méthodes afin de conserver tous les nutriments et les vitamines contenus dans les végétaux. Les différentes étapes d’une extraction efficace incluent notamment la distillation et l’évaporation.

La sève dite minérale, celle qui se trouve près du sol (50 cm), apporte plus de bienfaits que celle récoltée plus haut dans l’arbre. On parle d’une production allant d’un litre à plusieurs litres par jour. En moyenne, la sève de bouleau est deux fois moins sucrée que la sève d’érable au gout.

Les équipements utilisés sont sensiblement les mêmes que ceux utilisés pour la récolte du sirop d’érable. Toutefois, le bouleau étant un arbre assez fragile, il faut être vigilant lors des étapes d’entaillage et de la pose de la tubulure.

Le matériel requis pour la récolte de sève de bouleau

Vous aurez besoin d’une bouteille et d’un tuyau en plastique. Vous devez aussi vous munir d’une foreuse à batterie ou d’une perceuse manuelle. Prévoyez une paille ainsi qu’une ficelle assez résistante. Et enfin, vous devez vous servir de 2 mèches : 

  • L’une de 5 à 6,5 mm de diamètre pour trouver le bouchon de la bouteille ;
  • Une autre beaucoup plus fine pour trouer l’arbre en question.

Bien évidemment, vous devrez choisir un arbre assez vieux, c’est-à-dire avec un tronc suffisamment large. Privilégiez également les bouleaux en forêt. Vous trouverez tout le matériel et kit de récolte pour la sève de bouleau dans notre espace de vente. 

Les étapes à suivre pour l’extraction de la sève de bouleau

Toute eau végétale, quelle que soit sa provenance, requiert des techniques d’extraction spécifiques pour que les nutriments et vitamines soient parfaitement conservés. De plus, le bouleau est une espèce particulièrement fragile. Il faudra ainsi prendre quelques précautions lors de l’entaillage et la pose de la tubulure. 

  • La première étape consiste à percer le bouchon de la bouteille d’eau. Servez-vous de la mèche de 5 ou de 6 mm ! Vous pouvez ensuite y insérer votre tube ;
  • Par la suite, passez au perçage du tronc du bouleau. Visez une zone située à 1 mètre du sol à peu près. La profondeur de perçage doit être dans les environs de 3 cm. Surtout, assurez-vous de réaliser un perçage bien précis et pas trop conséquent. Cela vous aidera à préserver le bien-être de l’arbre ;
  • L’autre bout du tube en plastique devra être placé dans le tronc préalablement troué. Vous remarquerez que la sève de bouleau commencera à s’écouler progressivement dans votre récipient ;
  • En moyenne, vous devrez obtenir dans les 5 litres d’eau végétale par jour. Tout dépendra du type d’arbre ;

Le récipient doit être fixé à l’arbre pendant environ 12 à 24 heures, d’où l’intérêt de la ficelle. Passé ce délai, vous pouvez très bien changer la bouteille et continuer la récolte, tant que l’arbre peut vous fournir de la sève. Vérifiez que la bouteille est bien fixée afin d’éviter les pertes. Chaque ml est précieux !

Une fois l’eau récoltée, pensez à protéger de la chaleur, et même de la lumière. Pour cela, prévoyez un tissu opaque pour envelopper votre récipient juste après l’extraction pour qu’elle soit conditionnée dans de bonnes conditions. Si la sève de bouleau a été prélevée dans un milieu sauvage, pensez à recouvrir le récipient de feuillage et feuilles de bouleau. 

En fin de saison, n’oubliez pas de reboucher le tronc d’arbre percé en vous servant d’une cheville en bois. Ainsi, l’arbre pourra refaire naturellement son écorce de bouleau. Un tronc non rebouché peut fragiliser considérablement le bouleau.

APRÈS LA RÉCOLTE – LE PRODUIT FINAL

Lorsque la saison débute, la sève de bouleau doit être récoltée chaque jour, puisqu’elle ne se conserve pas plus de 36 heures (découvrez ici comment conserver la sève de bouleau). Toutefois, pour la conserver plus longtemps, on peut la pasteuriser ou la congeler. Une fois stabilisée, la sève de bouleau se conserve au réfrigérateur.

Tout comme pour l’érable, on peut également faire chauffer la sève de bouleau afin de la transformer en sirop. En moyenne, 130 litres d’eau de bouleau sont nécessaires pour obtenir par évaporation un litre de sirop. Le ratio est donc au moins trois fois plus élevé que celui de l’érable, qui nécessite entre 30 et 40 litres d’eau pour un litre de sirop.

L’eau de bouleau doit être bouillie plus longtemps que l’eau d’érable et à feu plus doux, afin d’éviter qu’elle ne brûle. Souvent, la cuisson est terminée au chaudron afin de s’assurer de la qualité du produit final. Le sirop de bouleau se classe ensuite selon sa couleur et son goût.

En France, la sève de bouleau est commercialisée de deux façons distinctes : la sève fraîche ou la sève stabilisée. La sève fraîche est récoltée par des producteurs et généralement consommée dans un délai de trois à quatre semaines maximum. La sève de bouleau stabilisée, quant à elle, se conserve plus longtemps, car la fermentation de la sève a été stabilisée avec du jus de citron, des bourgeons de plantes et un peu d’alcool végétal.

SES UTILISATIONS ALIMENTAIRES

Le sirop de bouleau est souvent utilisé en remplacement du vinaigre balsamique dans les vinaigrettes ou les marinades. Il est aussi souvent utilisé en accompagnement de légumes verts, de poissons ou même de fruits de mer. Quand on regarde sa valeur nutritive, le sirop de bouleau se compare plus à celle du miel, plutôt que du sirop d’érable. Bien que le sirop d’érable soit le choix le plus populaire pour accompagner les crêpes, le sirop de bouleau peut également s’y retrouver! Il peut aussi être utilisé en tant que condiment édulcorant, entre autres pour le café, dans certains desserts, ou alors dans le pain.

En Europe, on s’en sert aussi dans la production de caramels, bières, vins, eau-de-vie ou du vinaigre.

Catalogue acéricole 2022

Vous désirez recevoir notre catalogue?

Télécharger le catalogue complet [PDF]

Commander un catalogue par la poste

©2017 Les équipements d'érablière CDL inc.   |   Politique de confidentialité

Une réalisation de iXmédia